Kathy

Avec du recul, je dois une fière chandelle à l’hôtel Algonquin de St. Andrews, au Nouveau-Brunswick, d’avoir contribué à détecter mon cancer du sein. Je me préparais à vivre une journée bien remplie, car je participais à une conférence qui avait lieu à l’hôtel. Dans la douche, il n’y avait pas de houppette comme celle que j’utilise habituellement. À la place, j’ai pris le savon fourni sur place. Ma main, toute savonneuse, a effleuré le dessous de mon sein gauche, et là, j’ai découvert la fameuse masse. Et elle était grosse – un petit peu plus petite qu’une balle de golf. Comment ai-je pu ne pas la remarquer avant? J’ai exercé une pression sur la masse en croyant qu’elle allait peut-être disparaître. J’ai refoulé mon sentiment de panique. Le cancer? Non, impossible. C’est un kyste sûrement. Tout va bien. Quatre mois plus tôt, j’avais passé une mammographie dont les résultats étaient normaux, tout de même!

En réalité, cela n’allait pas. Il s’agissait bien d’un cancer. « Cela ne peut pas m’arriver à moi ». C’est la seule phrase qui me venait en tête. J’ai deux filles qui ont besoin de moi. Je suis trop jeune. J’ai vécu l’enfer : j’ai eu une chirurgie mammaire, seize séances de chimiothérapie, six semaines de radiothérapie et maintenant, je suis une hormonothérapie. Je repense souvent à ce qui aurait pu arriver si je n’avais pas séjourné à cet hôtel sans houppette. Que serait-il arrivé si j’avais découvert la masse plusieurs mois après et que le cancer avait atteint mes ganglions lymphatiques et mes os? Mes filles rendraient-elles hommage à leur mère décédée en inscrivant mon nom au dos de leur t-shirt à la Course à la vie?

Je vous interpelle mesdames, tirez une leçon de mon expérience : même si vous passez une mammographie régulièrement, examinez vos seins chaque mois à la recherche de masse, tout particulièrement si vous avez les seins denses. Sur les mammographies, les masses peuvent facilement échapper à la vigilance si les seins sont denses. Le fait de savoir que j’avais des seins denses ne m’aurait peut-être pas protégé du cancer, mais j’aurais pu être plus rigoureuse en ce qui a trait à l’autoexamen des seins mensuel, et j’aurais pu discuter avec mon médecin du dépistage et de la fréquence des examens. La densité mammaire, c’est votre affaire. Vous êtes responsables de la santé de vos seins. Informez-vous sur votre densité mammaire, effectuez un autoexamen des seins de façon rigoureuse, et échangez avec votre médecin sur la méthode de dépistage adaptée à vos besoins. Je ne saurai jamais la manière dont un dépistage précoce aurait pu changer mes traitements ou le pronostic. Voici ma certitude : si j’avais su que j’avais des seins denses, je n’aurais pas laissé la santé de mes seins au hasard. Et croyez-moi, vous ne le devriez pas non plus.

Regardez la vidéo de Kathy.

Kathy lives in New Brunswick and initiated the #TellMe/ #DisMoi campaign, which was successful in encouraging the government in New Brunswick to notify women of their breast density. (Notification to commence later in 2019).