Sheila

En 2010, il y a environ huit ans, on m’a dit que j’avais des seins denses. Après avoir passé une mammographie de dépistage, la technologue m’a demandé d’attendre que la radiologiste vérifie les clichés. « Ne vous inquiétez pas, vous n’avez que des seins denses », m’a-t-elle assuré. J’avais 53 ans.

En février 2017, j’ai découvert une masse dans mon sein gauche. J’ai déjà eu des kystes à deux reprises, alors je n’étais pas inquiète. Je me suis dit qu’il s’agissait d’un autre kyste, mais j’ai tout de même pris rendez-vous avec mon médecin de famille. En mars 2017, j’ai passé une mammographie diagnostique, une échographie, puis une biopsie. J’ai reçu ensuite le diagnostic : adénocarcinome canalaire invasif et agressif de stade 2 et de grade 3. Deux semaines plus tard, on m’a enlevé le sein gauche et deux ganglions lymphatiques.

De manière organisée, j’ai commencé à classer les rapports, la documentation et les documents qui m’ont été remis. J’ai demandé les rapports de mes mammographies de 2013 et 2015. C’est à ce moment-là que j’ai découvert que ma densité mammaire était de type 3 (le chiffre 3 correspond à la catégorie C/seins denses de façon hétérogène/de 50 à 75 % de tissu dense). Je n’y croyais pas, que quelque chose d’aussi important soit représenté par une case à cocher et que cela n’ait même pas été mentionné dans le rapport envoyé à mon médecin de famille. De fait, aucun rapport ou aucune lettre type ne comprenait l’énoncé suivant : « Certains cancers ne peuvent pas être détectés par mammographie en raison de l’emplacement du cancer ou de la densité du tissu mammaire. » Bon sang! Et mon cancer est de stade 3 (pouvant aller jusqu’au stade 4) et mon médecin de famille n’était même pas au courant!

J’ai également été choqué de lire le rapport de ma consultation avec la radio- oncologue, dans lequel elle a noté que « la masse de 2,5 cm bien définie » était plus grande sur la mammographie et l’échographie de 2017 que sur la mammographie de 2015. Quoi? En 2015, cette tumeur était donc là, mais invisible? J’étais abasourdie!

J’ai subi de la chimiothérapie et de la radiothérapie, et je dois prendre du létrozole pendant les cinq prochaines années, car le type de cancer est à récepteurs d’œstrogènes positifs. Mais on considère que je n’ai plus le cancer!
Depuis que Seins Denses Canada m’a tant appris sur la densité mammaire, je profite de chaque occasion pour renseigner les femmes (et les hommes) sur le sujet, que ce soit dans la baignoire à remous de la piscine après un entraînement de mise en forme aquatique, autour d’un thé avec des amis, ou dans notre groupe de soutien Facebook local consacré aux combattantes du cancer du sein. Partout où il y a des femmes avec des seins, j’en parle! « Renseignez-vous sur votre densité! »

Sheila lives in British Columbia and was diagnosed in 2017 with Stage 2 breast cancer after she found a lump.